Para visualizar correctamente este conteúdo "clique" no botão em baixo e faça download do último plug-in do Flash Player.

Obrigado.

Visiter Vila Real de Santo António

Visiter Vila Real de Santo António

Au centre, l’obélisque, symbole vertical du pouvoir d’un roi et de son ministre. Les rues rectilignes partent de la vaste place, telles des soldats à la parade. Les maisons reprennent sur leurs façades l’équilibre d’une architecture sobrement tracée. Expressions de l’Illuminisme du XVIIIe siècle dont Vila Real de Santo António est l’un des exemples parfaits. Encadrées par les terrasses qui sont de réels oasis de fraîcheur les jours de grande chaleur, les paysages sereins des berges du Guadiana se révèlent.

Église Paroissiale  
Construite au XVIIIe siècle, elle subit des travaux de restauration au cours des années 1940 et 1950. Retables des chapelles latérales en style rocaille. Bel ensemble de statues du XVIIIe siècle, en particulier une Nossa Senhora da Encarnação (Notre-Dame de l’Incarnation) sculptée par Machado de Castro. Les vitraux du choeur et du baptistère installés dans les années 1940 ont été peints par Joaquim Rebocho, peintre de la région.

Musée Manuel Cabanas
Exposition de l’art de la xylogravure (gravure sur bois) de l’enfant du canton (Vila Nova de Cacela), dont le musée porte le nom. Abrite la plus grande collection de gravures sur bois du pays. Intéressant ensemble de plus de 200 pierres utilisées dans l’impression lithographique des anciens emballages des conserves de sardines et de thon.

Archives Historiques
Situées dans la Tourelle Sud qui servait d’habitation et de local de commerce, elles furent détenues durant de nombreuses années par des particuliers ; leur intégration dans le Réseau National des Archives commença en 1999. Les Archives Historiques Municipales sont une institution d’une importance considérable pour la reconstitution et l’étude de l’histoire locale, contribuant ainsi à la préservation de la mémoire collective du canton de Vila Real de Santo António.

Centre Historique
Pour apprécier le tracé de Vila Real de Santo António il faut parcourir ses rues, en commençant par la Praça Marquês de Pombal, coeur de la ville, aux pavés rayonnant à partir de l’obélisque dressé en 1776. Sur la place se trouvent trois des principaux éléments urbains du XVIIIe siècle : l’église, la Mairie et l’ancienne Maison de la Garde (devenue aujourd’hui une banque). Il faut ensuite parcourir quelques pâtés de maisons, d’initiative privée mais où l’on distingue encore le même modèle architectural. La rangée de façades de l’Avenida da Républica, délimitée par deux tourelles et comprenant l’édifice de l’ancienne Douane, au large portail et au fronton triangulaire, constitue la fin du parcours. À côté, les jardins des berges du Guadiana face à la ville espagnole d’Ayamonte.

Les Raisons de la Construction de Vila Real de Santo António
Au XVIe siècle, il exista, probablement plus près de la mer, le bourg de Santo António de Arenilha qui, au XVIIIe siècle, avait disparu englouti par la mer et le sable. Pourtant, il fallait bien contrôler l’entrée des marchandises par le Guadiana, placer sous la supervision royale les industries de la pêche de Monte Gordo et faire face à l’Espagne, contre laquelle elle avait été en guerre en 1762/1763.
La construction de Vila Real de Santo António présentait d’évidents avantages économiques et politiques et fut donc plus qu’un simple acte de la volonté royale.

Comment Bâtir une ville en l’espace d’un « temps politique » de Cinq Mois
La reconstruction de Lisbonne après le tremblement de terre de 1755 servit de modèle à Vila Real de Santo António. D’abord, dans le plan rigoureux de la structure urbaine, facilitée par le terrain plat. Enfin, dans l’utilisation de modules architecturaux rigides. Enfin, dans la préfabrication d’éléments de construction standardisés, comme les encadrements de portes et fenêtres qui vinrent de Lisbonne, par bateau, taillés et prêts à poser.

Mise à jour le: 22-07-2014

Visiteur: 19308829

  • Turismo de Portugal